Accueil

Domaine de compétence
-
Contentieux
- Hors contentieux

Conditions générales de prestation
- Préparez votre rendez-vous
-
Tarifs
-
Qu'est-ce qu'une consultation? 
CV de Roland LIENHARDT

Les prochaines interventions de Roland LIENHARDT

Vos interlocuteurs
Pour accéder au cabinet

Nous contacter

Recrutement

Vie professionnelle

Roland LIENHARDT
Avocats à la Cour
30, rue Feydeau
75002 Paris
Tél. : 01 42 96 16 00
Fax : 01 42 96 31 00
e-mail :
avocats@lienhardt.com
Vest. E 974

Conception du site :
Internet Brother - Roland LIENHARDT

© R. LIENHARDT 2000

Peintures © Sylvie GALLANT
Tél. : 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01

© Sylvie GALLANT - O1

© Sylvie GALLANT - O1

© Sylvie GALLANT- O1

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

Peintures Sylvie GALLANT
Tél. : 01 55 79 17 65

 
Conseil de l'ordre du Barreau de Paris

En 2006, Roland LIENHARDT et Martine BRESLER se sont portés candidats au conseil de l'ordre du barreau de Paris.

Il n'ont pas été élus, mais ont décidé de continuer à œuvrer pour réformer le conseil de l'ordre en profondeur en vue des prochaines échéances.

Martine BRESLER et Roland LIENHARDT veulent réfléchir sur les questions suivantes :

- Quelle est la légitimité du barreau de Paris à juger leurs confrères du barreau de Paris ?

Nous pensons que les fonctions disciplinaires du conseil de l'ordre doivent être exercées par une administration judiciaire indépendante et impartiale.

Ainsi que l'a rappelé récemment la Cour Administrative d'Appel de Bordeaux, une commission intervenant dans une procédure administrative ne peut pas être composée de concurrents potentiels (9 arrêts en date du 27 février 2007).

Nous pensons que les avocats ont droit à une justice de qualité, ce qui n'est pas le cas de la justice ordinale actuelle,

Nous pensons également que les avocats participent au service public de la justice, paient des impôts comme tous les citoyens et n'ont pas à financer par des cotisations professionnelles l'existence d'une justice professionnelle.

- Nous pensons que l'élection au conseil de l'ordre, organisée selon le principe de scrutin actuel (candidatures individuelles et principe de majorité) ne permet aucune expression des minorités Pour être élu, il faut avoir l'aval de la majorité. Nous sommes pour l'instauration d'un scrutin de listes qui permette l'expression des minorités.

- Nous pensons que l'ordre est un service public et doit en tirer les conséquences en terme d'éthique. L'ordre doit également être irréprochable sur le plan juridique.

Or, au regard de cette analyse, de nombreux membres ou anciens membres du conseil de l'ordre nous semblent en situation de prise illégale d'intérêt et de recel de prise illégale d'intérêt..

- Nous pensons qu'il faut demander aux pouvoirs publics de modifier la réglementation afin que les élus au conseil de l'ordre en charge de mission ou de délégations puissent être rémunérés, afin que les fonctions de membres ne soient pas réservés aux avocats des grands cabinets et à ceux qui espèrent se faire une clientèle par ce biais.

- nous pensons que l'ordre doit se recentrer sur ses missions au service des avocats et cesser d'être servile. Il doit aussi se faire l'écho de l'état lamentable de la justice française et ne pas se faire complice d'un pouvoir politique qui ne veut pas d'une justice qui fonctionne. Toutes les réformes seront vaines si le nombre de magistrats, de greffiers, et les moyens qui leurs sont alloués ne sont pas considérablement augmentés.


Revenir en haut de la page